AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur THEM
Dédale ayant une forte communauté latino, asiatique et afro-américaine, n'hésitez pas à varier vos choix d'avatars !

Partagez | 
 

 Princess in distress - Achille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Sykes
immeuble ambulant
avatar

SES MESSAGES : 29
CREDITS : Maliblue
LES THUNES : Danseuse et prostituée au Rose's Cabaret, ça paye pas si bien qu'on le croit
CLAN : Les Serafim
LES LOVES : Le cœur en cendres, l'esprit trop loin pour penser à ce genre de choses

MessageSujet: Princess in distress - Achille   Sam 11 Fév - 14:43


Le problème, quand on vit dans un studio de 30m², c'est que le moindre petit tracas prend tout de suite des proportions phénoménales. Le fait que ma machine à laver ait décidé de rendre l'âme,  par exemple, concerne assez rapidement toute la pièce qui se retrouve inondée. Je ne gagne pas assez bien ma vie pour prendre un appartement plus grand que celui-là, mais suffisamment pour avoir eu envie d'investir dans une machine à laver plutôt que de passer ma vie à la laverie. Je passe déjà mon temps dehors et j'admets que je n'ai aucune envie d'y croiser d'éventuels clients du cabaret, j'aurais trop peur de me retrouver le cul sur une machine avant d'avoir eu le temps d'ouvrir la bouche. L'ennui, c'est que douée comme je le suis, j'ai du foirer les branchements au niveau des tuyaux parce qu'en essayant de lancer la première lessive, je me suis retrouvée au bout de dix minutes avec de l'eau partout dans l'appartement. Et incapable d'arrêter le programme en route ou d'ouvrir la porte, je crois que la machine est maudite ou un truc du genre.

Je n'ai pas attendu longtemps pour appeler Achille à l'aide, parce que ce n'est pas comme si je connaissais 36 personnes dans le coin capables de venir me rendre un service sans poser de questions, sans demander quelque chose en échange et surtout sans rendre la situation pire qu'elle ne l'était au départ. Achille, je sais qu'il se débrouille à peu près correctement pour ce genre de choses, et surtout je l'aime bien. Oui, ça joue. Quand on est forcée pour gagner sa vie que des mecs qui nous donnent la nausée et une furieuse envie de nous jeter par la fenêtre, c'est assez salvateur d'avoir ces quelques personnes dont on apprécie la compagnie. Je suis devenue plus indulgente avec le temps, me disant que toute personne ne me donnant pas envie de vomir était une personne dont j'appréciais la compagnie. Mais lui, heureusement, c'est un peu plus que ça. Je ne sais pas pourquoi et je crois que je n'ai jamais réellement essayé de comprendre. Tout ce que je sais, c'est que j'ai eu un soupir de soulagement à l'instant où il a accepté, me promettant qu'il arrivait tout de suite. Et d'une certaine façon, j'étais sûre qu'il viendrait.

En attendant je ne peux pas faire grand chose. Même éponger l'eau ne servirait à rien parce que la machine est toujours en route et qu'elle continue de libérer son contenu, à mesure que moi j'essaie de limiter les dégâts. En somme, il n'y a rien à faire. Je me suis installée en tailleur sur la table que j'utilise comme perchoir pour éviter de me retrouver trempée. J'ai l'impression d'être sur l'arche de Noé, excepté que j'y suis seule. C'est trop petit ici pour avoir un animal de compagnie, je ne suis pas cruelle. Même si j'aimerais beaucoup. Quand enfin j'entends les coups à la porte, je lève le nez en criant : Entre, c'est ouvert ! Enfin, en espérant que ce soit bien lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Achille Chomsky
immeuble ambulant
avatar

SES MESSAGES : 10
CREDITS : Bazzart
LEGUME PREF : La citrouille.
POLAROÏD :
LES THUNES : J'ai de la ressource.

MessageSujet: Re: Princess in distress - Achille   Sam 11 Fév - 17:22

Dormir était clairement mon activité préférée. Sans doute parce que le sommeil était le seul moment où je ne cogitais pas. Je faisais peut-être des cauchemars mais ils s’évaporaient à l’instant même où la lumière qui passait par les volets pas complètement fermés venait m’extraire de mon état inerte. Mes tracas quotidiens, eux, ne s’en allaient jamais. Ils étaient plus attachés à moi que l’inverse. Mon appartement qui me permettait d’être au chaud et au sec mais dans lequel je ne me sentais pas vraiment chez moi, mon passé et cet événement fâcheux, mon présent et ses rebondissements tumultueux. Voilà de quoi pourrir mon quotidien. Par chance, je n’avais pas à ajouter la solitude à ma collection de maux, la Vie ayant mis tout un tas de personnes sur ma route. A moins que ce soit moi qui aie été mis sur la route de tout un tas de personnes. Allez savoir. Les annonces que je mettais régulièrement ici et là à Dédale m’ont d’ailleurs mis sur la route d’Alice, une jeune demoiselle visiblement tout aussi perdue dans la vie que je l’étais, si ce n’était plus. Un soucis électrique, un appel et je m’étais retrouvé chez elle en une demie heure. Son appartement était aussi peu chaleureux que le mien et tout aussi grand. Enfin grand… façon de parler. De fil en aiguille nous nous étions liés d’amitié et j’avais appris à la connaitre, connaitre son histoire. Et quelle histoire j’avais découvert!

Plus le temps passait et plus j’appréciais Alice. Plus le temps passait et moins je pouvais supporter ce qu’elle faisait pour survivre. Plus le temps passait et plus j’avais envie de l’aider. C’était d’ailleurs ce que j’avais fait quelques jours auparavant. Membres des Monroe’s Guns, j’avais cru pouvoir faire pression sur ce qu’on pourrait appeler sa « hiérarchie ». Je voulais qu’elle puisse arrêter. Je voulais qu’elle n’ait plus à louer son corps à des mâles en manque de chair, mâles souvent plus dégueulasses les uns que les autres, mais fortunés pour certains. L’argent qu’elle recevait ne faisait clairement pas son bonheur, ça se sentait et j’avais donc pris les choses en main. Mauvaise idée. Après m’être pris pour un héro, je m’étais finalement retrouvé au retrouvé au sol à tenter de protéger le plus possible mon visage et mon corps des coups de pieds et de ce que je ressentais comme étant des matraques. Il ne fallait visiblement pas tenter de faire perdre une machine à cash, parce que c’était cruellement ce qu’était Alice pour ces gens là, à un proxénète, et surtout pas par des menaces. Leçon comprise.

Allongé sur mon lit, apathique, je sentis mon téléphone vibrer à côté de moi. Il me fallu quelques secondes pour me mouvoir douloureusement et constater que c’était justement celle pour qui j’étais dans cet état qui m’appelait. Je ne pouvais pas lui dire ce que j’avais fait. Je ne voulais pas qu’elle sache. J’avais donc décroché, écouté ce qu’elle avait à me dire et en une trentaine de minutes, après m’être préparé, j’étais devant sa porte. Mes vêtements couvraient les bleus sur mon torse mais compliqué de cacher cette tâche mauve qui avait pris place sous mon œil droit. Pareil pour la paumette gauche légèrement ouverte. En entrant, je découvris une Alice perchée sur sa table, scène qui m’arracha un sourire. Qu’est ce que tu as encore fait comme connerie?! dis-je, amusé tandis que je m’approchais d’elle pour l’embrasser sur la joue. Par contre, je ne voulais pas lui laisse le temps de trop me regarder et me dirigeai immédiatement vers sa machine à laver pour régler le problème. Si je pouvais éviter les questions sur mon état, ça m’arrangeait. C’est la première fois qu’elle te fait ça ? Elle fonctionnait bien avant ? Question un peu idiote, elle m'aurait appelé plus tôt si sa machine ne fonctionnait plus depuis quelques temps déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Sykes
immeuble ambulant
avatar

SES MESSAGES : 29
CREDITS : Maliblue
LES THUNES : Danseuse et prostituée au Rose's Cabaret, ça paye pas si bien qu'on le croit
CLAN : Les Serafim
LES LOVES : Le cœur en cendres, l'esprit trop loin pour penser à ce genre de choses

MessageSujet: Re: Princess in distress - Achille   Sam 11 Fév - 18:07

Il me semble que les minutes s'étirent pour devenir des heures pendant que j'attends Achille. Non pas parce que je crève d'impatience à l'idée de le voir -je suis enthousiaste mais quand même pas à ce point-là...- mais plutôt parce que je vois le niveau d'eau qui monte dangereusement autour de la machine à laver. A ce rythme-là, ça va rapidement me griller tous les fils de l'appartement et je n'aurais plus de frigo, de micro-ondes ou de machine à café. C'est quand même dingue la quantité affolante d'eau que ça utilise, de faire tourner une lessive. Bon après, je dramatise peut-être. Il n'y en a pas non plus assez pour qu'il y a 3cm d'eau dans tout l'appartement... Malgré tout ça se répand, lentement mais sûrement, et si ça continue elle ne tardera pas à gagner la porte d'entrée. J'ai l'impression de surveiller la progression d'un monstre, ou un truc dans ce genre-là. A l'exception près que celui-ci ne risquait pas de bouffer grand monde, à part mes installations électriques. Trois fois rien, en somme, je m'en remettrais. C'est juste que j'aime ma machine à café et que j'ai besoin d'elle pour trouver le courage de me lever.

La porte s'ouvre enfin et je crois que je pousse un long soupir de soulagement en découvrant la silhouette masculine tant attendue. Je fronce les sourcils et plisse le nez en remarquant les ecchymoses qui marbrent son visage, mais je n'ai pas le temps de faire le moindre commentaire qu'il s'approche de moi pour embrasser ma joue et me réprimander gentiment. J't'assure que j'ai rien fait ! Elle a fait ça toute seule ! Je proteste, parce que pour le coup je suis convaincue de n'y être pour rien... Ou alors ce n'était vraiment pas volontaire. Il me tourne assez rapidement le dos, ce qui fait que j'oublie honteusement tout de ses blessures. Peut-être que je penserais plus tard à lui poser des questions à ce sujet, mais pour l'instant ça m'échappe tout à fait. Je fais une amie déplorable, un jour il faudra que j'aille me confesser pour ça. Ou que je me flagelle, je ne sais pas trop comment ça fonctionne.

J'ai une légère grimace à sa question. En fait elle est neuve... Je l'ai installée ce matin... Donc c'est la première fois, oui... Malgré tout j'attends le reproche, parce que je sais qu'il y a de grandes chances pour que ce ne soit pas la machine qui pose problème, mais plutôt la façon dont je l'ai branchée. Ca se trouve, j'ai mal vissé l'arrivée d'eau et c'est uniquement pour ça que tout s'échappe. Mais je ne vais pas me jeter la pierre moi-même, j'attends le rapport de l'expert, AKA Achille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Achille Chomsky
immeuble ambulant
avatar

SES MESSAGES : 10
CREDITS : Bazzart
LEGUME PREF : La citrouille.
POLAROÏD :
LES THUNES : J'ai de la ressource.

MessageSujet: Re: Princess in distress - Achille   Ven 17 Fév - 18:19

Alice me fit l’immense plaisir de ne rien dire à propos de mes blessures. C’était peut-être la machine à laver que je devais chaleureusement remercier ; c’est que l’engin occupait visiblement beaucoup trop l’esprit de la demoiselle pour qu’elle pense et parle d’autre chose. Pas plus mal ainsi, ça m’arrangeait plutôt bien. Toujours assise sur sa table, elle me fit à nouveau sourire lorsqu’elle se mit à se défendre comme l’aurait fait un enfant de six ans, «C’est pas moi, c’est lui qui a commencé en premier!». Amusant. Je connaissais une Alice maladroite alors peu importe ce qu’elle disait, j’étais convaincu que ce petit tracas était du à sa tendance à être tête en l’air. «Petit tracas» n’était d’ailleurs pas la meilleure façon de définir le problème. En effet, même si je ne l’avais pas remarqué immédiatement, je marchais dans l’eau. Pas suffisamment pour avoir le pantalon mouillé, certes, mais de quoi patauger gaiement tout de même, ce qui n’est pas vraiment la définition idéale du confort dans un appartement.

Au premier coup d’œil, je ne remarquai rien de bien particulier ; je ne regardais que la façade avant en même temps. Une petite moue grimaçante déforma très légèrement mon visage quand Alice me signala que c’était le premier incident du genre puisque c’était tout simplement la première fois que la machine à laver était utilisée. La boite à outils que j’avais en main risquait donc d’être totalement inutile, il ne pouvait a priori rien y avoir de cassé. La théorie de la maladresse de mon amie se confirmait un peu plus. Je commençais par vérifier que le tuyau d’arrivée d’eau était correctement vissé. Surprise, il ne l’était pas ! Enfin si, il l’était mais il y avait suffisamment de jeu pour le serrer nettement plus. Je tournai la tête vers Alice, un grand sourire sur le visage. Tu devrais venir faire du sport avec moi à l’occasion, histoire de muscler tes petits bras tout frêles. A vouloir faire le petit plaisantin, j’oubliais un peu trop vite qu’elle ne devait pas voir mon visage. Je me reconcentrai précipitamment sur la machine à laver et repris mon sérieux. C’était à présent la façade arrière qui avait toute mon attention, après que j’eus fait pivoter l’imposant cube sur lui-même, provoquant au passage quelques petites vaguelettes. Tout semblait aller, aucune anomalie notable jusqu’à ce qu’un détail pourtant flagrant me saute finalement aux yeux. Je n’y avais même pas pensé une seconde tellement il me semblait évident que le problème ne pouvait pas venir de là. Caché dans un renfoncement, le tuyau de sortie d’eau était encore enroulé et maintenu en place par deux serre flex en plastique. On n’aurait pas la tête dans les nuages par hasard mad’moiselle Sykes ? demandai-je sur un ton de reproche tout relatif tandis que j’étais à genoux dans l’eau en train de défaire le tuyau de ses liens pour ensuite le dérouler et l’installer correctement.

Après m’être relevé, je rangeai ma pince dans la caisse à outils et commençai à fouiller les placards en quête d’une serpillière ou d’une serviette pour commencer à éponger l’eau. Tu n’auras plus de soucis avec elle maintenant, ton linge sera propre et ton sol sec. Ne voulant pas être trop intrusif et tomber sur quelque chose que je ne devrais pas voir, je finis par abandonner mes recherches et demander directement à la jeune femme. T’as de quoi éponger tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Princess in distress - Achille   

Revenir en haut Aller en bas
 
Princess in distress - Achille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tendon d'achille
» Tendinite du tendon d'achille.
» Eva (la femme d'Achille)
» MON POTE ACHILLE
» Transports Achille (95)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T H E M :: rosedale park district :: flaunt avenue-
Sauter vers: